Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Compteur de visites

SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Page 5 sur 16 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  ptilu32 le Jeu 10 Jan - 18:46

J'lai déja posé mais ya personne qui ma réponde c'est quoi les problème naviculaire au niveau des pieds?

ptilu32

Messages : 126
Date d'inscription : 13/12/2007
Localisation : gers 32 (sud-ouest) dans un coin de campagne pommée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Grace le Jeu 10 Jan - 20:36

ptilu32 a écrit:J'lai déja posé mais ya personne qui ma réponde c'est quoi les problème naviculaire au niveau des pieds?

Dans la zone du talon tu as un petit os au niveau de la 2 phalanges environ. Et ce petit os s'use et se décalcifie, et le cheval à mal, puis je sais que l'os s'appui sur le tendon qui l'entoure car il pivote vers l'arrière et fait boiter le cheval.

Il n'y pas de traitement pour guérir le cheval, que des soins pour le soulager...

Le naviculaire peut venir d'une trop grande solicitation des talons en sautant souvent très haute avec chevaux sensible et ayant de mauvais aplombs.

En gros c'est çà Wink

Grace

Messages : 3780
Date d'inscription : 03/10/2007
Age : 33
Localisation : Marlenheim, 67

Voir le profil de l'utilisateur http://grace.of.fascination.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  ptilu32 le Jeu 10 Jan - 20:56

Mais il l'attrape comment ? scratch

ptilu32

Messages : 126
Date d'inscription : 13/12/2007
Localisation : gers 32 (sud-ouest) dans un coin de campagne pommée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  ...... le Jeu 10 Jan - 23:20

ptilu32 a écrit:Mais il l'attrape comment ? scratch
ca s'attrape pas, ca peut avoir plusieurs origines, une mauvais conformation a l'origine, de mauvais aplombs,... et parfois ca s'explique pas, enfin bref on ne sait pas grand chose. si tu veux chercher des infos le nom plus scientifique de l'os naviculaire c'est le petit sésamoïde

......

Messages : 355
Date d'inscription : 30/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  ptilu32 le Ven 11 Jan - 18:35

Merci Wink

ptilu32

Messages : 126
Date d'inscription : 13/12/2007
Localisation : gers 32 (sud-ouest) dans un coin de campagne pommée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  claire le Ven 11 Jan - 20:16

c'est dur de savoir ce qui est le mieux pour nos chevaux..


Dernière édition par le Mar 12 Fév - 15:36, édité 1 fois

claire

Messages : 751
Date d'inscription : 07/01/2008
Age : 34
Localisation : 43 haute-loire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  ChaCha67 le Sam 12 Jan - 20:53

Grace=> Il avait une corne horrible c'etait du carton, rien n'aurait tenu les clous se serait vite barré et le fer avec.

Claire=> On ne touche pas a la sole partout, moi je n'y touche pas, ou alors uniquement comme quand le marechal enleve la sole, c'est la sole crayeuse qui part toute seule que tu peux enlever avec ton cure pied pratiquement. La methode qui touche a la sole c'est la methode Strasser, et c'est bien connue que cette methode fait tout trop vite et peu de chevaux arrive a se rectifier d'un coup comme sa.
Maintenant il faut avoir des notions pour se lancer dans le pied nu (role du pied, de la sole, de la fourchette, de la ligne blanche...etc) il faut essayer de comprendre le pied. Maintenant il faut pas oublié qu'il y a une periode de transition, ou le cheval redecouvre les sensibilité lorsque son pied touche le sol, elle peux etre plus ou moin longue, la mienne a duré 4mois environs celle d'une amie 1ans et demi... Aujourd'hui nos chevaux marche bien sur tout type de terrain, et nous etions les premiers a allé nargué les autres lorsqu'il a neigé, plu ou autre...

ChaCha67

Messages : 1888
Date d'inscription : 31/12/2007
Age : 27
Localisation : Deriere mon ordi quelque part en Alsace :D

Voir le profil de l'utilisateur http://yokoforest2002.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Pia MUNCK le Lun 4 Fév - 21:32

SI VOUS AVEZ UN PROBLÈME DE BOITERIE, PENSEZ À METTRE VOTRE CHEVAL SANS FERS PENDANT UNE PÉRIODE DE 3 à 6 MOIS... puis, si celà aide, soit laissez votre cheval pieds nus, en apprenant comment soigner ses sabots, soit CHANGER DE MARECHAL, afin de ne plus retomber dans les mêmes problèmes !


Dernière édition par Pia MUNCK le Sam 12 Avr - 6:38, édité 3 fois

_________________
...

Vente de chevaux de dressage danois aux meilleures origines allemandes et hollandaises :

http://www.scandinavian-dressage.com

Pia MUNCK

Messages : 10102
Date d'inscription : 03/10/2007
Age : 60
Localisation : Danemark

Voir le profil de l'utilisateur http://www.scandinavian-dressage.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  cletje le Mer 6 Fév - 19:00

Quand j'ai acheté Doudou, le maréchal etait obligé de l'endormir a moitié pour pouvoir l'approcher !! Evil or Very Mad Inadmissible !! Je n'ai jamais su ce qu'il lui etait arrivé, mais surement une mauvaise experience avec un marechal, apres les ferrures elle etait immontable pdt 2 ou 3 jours !
Jai changé de maréchal et la ca a été mieux... Cela dit elle a tjrs eu des pieds imepccables (je touche du bois), certains me disent que les connemaras sont des super costaud et que avant qu'ils aient des pbs il faut y aller !! lol!
Bref, depuis qu'elle n'est plus en club et monté moins souvent je l'ai déferré de derriere (contre l'avis du marechal qui disait qu'elle allait bousiller ses sabots.... affraid ) et rien n'a changé finalement, tout va tjrs aussi bien !! Plus tard elle sera completement déférrée.

cletje

Messages : 328
Date d'inscription : 01/02/2008
Age : 29
Localisation : Amsterdam

Voir le profil de l'utilisateur http://www.doudou-inholland.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  natg le Mer 6 Fév - 21:50

moi je m'interroge sur l'opportunité de referrer la mienne et j'aimerai avoir des avis là dessus. Question Question

la mienne est ferrée devant, ferrure standard, et pied nu derrière, elle est naturellement longue en pince, sans talons. elle est comme cela depuis au moins 7 ans .
elle a le dos un peu long et a du mal à venir sous elle (mais c'est surtout un problème de morphologie car elle est naturellement sur les épaules).
Je me demandais si le fait de la ferrer derrière , une ferrure normale ou avec rolling, pourrait l'aider à galoper plus en équilibre?
c'est juste une idée , je ne suis pas sûre que cela fonctionne vraiment car tout vient du dos principalement mais j'essai de réfléchir à tous les détails qui pourrait l'aider (et m'aider de ce fait)

natg

Messages : 1665
Date d'inscription : 18/10/2007
Age : 34
Localisation : ile de france

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  ChaCha67 le Mer 6 Fév - 22:17

Si sa ne tenait qu'a moi je dirai non.
Son probleme elle l'aura de toute facon, sa peut etre un petit peu l'alegé mais sans plus....

ChaCha67

Messages : 1888
Date d'inscription : 31/12/2007
Age : 27
Localisation : Deriere mon ordi quelque part en Alsace :D

Voir le profil de l'utilisateur http://yokoforest2002.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Pia MUNCK le Ven 8 Fév - 18:32

natg a écrit:moi je m'interroge sur l'opportunité de referrer la mienne et j'aimerai avoir des avis là dessus. Question Question

la mienne est ferrée devant, ferrure standard, et pied nu derrière, elle est naturellement longue en pince, sans talons. elle est comme cela depuis au moins 7 ans .
elle a le dos un peu long et a du mal à venir sous elle (mais c'est surtout un problème de morphologie car elle est naturellement sur les épaules).
Je me demandais si le fait de la ferrer derrière , une ferrure normale ou avec rolling, pourrait l'aider à galoper plus en équilibre?
c'est juste une idée , je ne suis pas sûre que cela fonctionne vraiment car tout vient du dos principalement mais j'essai de réfléchir à tous les détails qui pourrait l'aider (et m'aider de ce fait)
Oui, bien entendu que celà peuve avoir un effet, avec des fers un peu large, pour équilibrer les sabots sur le sol !

Mais celà, ne me semble seulement intéressant pour des chevaux qui "vrillent" dans leurs jarrets !

Pourtant tu peux tenter, pour sentir la différence !

A nous tenir au courant de tes observations...

_________________
...

Vente de chevaux de dressage danois aux meilleures origines allemandes et hollandaises :

http://www.scandinavian-dressage.com

Pia MUNCK

Messages : 10102
Date d'inscription : 03/10/2007
Age : 60
Localisation : Danemark

Voir le profil de l'utilisateur http://www.scandinavian-dressage.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Pia MUNCK le Ven 8 Fév - 18:47

Voici une lettre que Tanne m'a apporté l'autre jour :


Avertissement sous forme d'information !

La Technique de parage de travail 'pieds nus'


• Préambule : les pieds sont les fondations de toute l'architecture du cheval.
'pas de pieds pas de cheval'
Après souvent plusieurs années de ferrure, cette technique de parage a pour objectif de permettre au cheval de retrouver son pied naturel et une locomotionaux 3 allures sur tous terrains utilisés selon les usages de l'équitation.

• Les 4 differences visibles du 'pied nu' par rapport à un pied ferré

1. talons naturellement bas mais droits
2. large fourchette souple et dense au contact avec le sol
3. boite cornée bien ouverte sur l'arrière & épaississement de ses téguments
4. densification & concavité de la sole

Ce parage est donc très différent de celui de la maréchalerie qui a pour objectif de planifier la corne pour recevoir le fer.

• 4 conséquences possibles sont constatables à court terme du fait de la modification des aplombs et de la libération des boites cornées des fers.

1. Sensibilité sur sols durs si les soles sont fines = gêne
2. Chaleur temporaire des tendons et/ou de ligaments = boiterie
3. Courbatures liées aux muscles concernés = raideur
4. la manifestation de maux sous jacents mais ignorés
Ces manifestations seront variables en type comme en intensité d'un cheval à l'autre en fonction de
• la psychologie : douillet ou non
• la situation au déferrage:
• seimes,bleimes, inflammations, talons hauts, pieds contractés, défauts d'aplombs, fourchettes abîmées, soles plates, fines & crayeuses, inflammations des lignes blanches....
• le type de ferrure : classique ou prothèses de type : fer à l'envers, fer à oeuf ( egg bar ) avec ou sans plaque & silicone isolants de toute sensation.

C'est pourquoi une période déferrée peut être recommandée au préalable à tout parage.
Elle permet - sans être suffisante - au cheval de se réapproprier ses pieds et ses sensations.
Il faut néanmoins savoir que si l'avalure est fine et sèche ou au contraire molle, elle cassera dans les jours - voire dans la nuit - qui suivent le déferrage, le cheval se retrouvera naturellement talons bas.

Cette période d'adaptation inconfortable s'appelle :
la TRANSITION pour certains c'est une CONVALESCENCE
Plusieurs phases de durée variables se succèderont et c'est la première qui est la plus ' rude ' et la plus impressionnante elle dure de 8 h à 8 jours et plus surtout si le cheval a des soucis ferrés ( talons hauts, pieds encastelés, fers très serrés, locomotion ), une seconde période aux évènements aléatoires dure de 15 jours à 3 mois et ce n'est qu'en fin de troisième phase que la transition est terminée c'est à dire après 6 à 9 mois voire 12 mois. Alors, les pieds se seront totalement renouvelés !


L'acceptation psychologique par la (ou le) propriétaire de cette période difficile pour son cheval est un facteur de réussite et tout dépendra de son environnement, de sa préparation psychologique et de son niveau d'information.

Pour le cheval c'est simple : un bon paddock et la liberté de déplacement valent mieux qu'un super boxe paillé ! Plus le cheval sera actif et mobilisé plus son métabolisme réagira rapidement pour retrouver du confort. Quelques soins de base à la portée de tous l'aideront : emplâtre d'argile sur les membres, compresses de synthol sur les boulets, arnica, douchage doux des membres.
Réduction de l'alimentation énergétique en favorisant le foin.

Pour la ( le ) propriétaire : ce sera plus difficile car les 'conseilleurs' seront nombreux :
ceux qui auront entendu dire que ....celles qui auront lu sur un forum ...celle qui a un véto qui est contre .. celui là dont le véto préconise des talons hauts et des fers comme çi ou comme ça...
Ceux qui n'ont jamais eu une râpe ou une triçoise entre les mains seront les plus redoutables !
Ils ont vu des photos & entendu dire que le copain d'écurie du voisin a fait une expérience analogue qui a rendu le cheval raide boiteux et que eux auraient fait ainsi ...mettre un cheval ainsi c'est le faire soufftrir inutilement..ce n'est pas récupérable...etc...

Ils sont nombreux car l'approche 'pieds nus' est innovante en France bien qu'elle concerne déjà beaucoup de chevaux ; elle est très pratiquée en Allemagne grâce aux recherches du
Dr Hildrud STRASSER de l'université de Freiburg en Brisgau et dans les pays anglo saxons.

Et la réactivité des professionnels classiques ne sera pas en reste !
Dans les premières 24 h, la vascularisation des pieds libérés et l'appui des fourchettes engendreront une élévation de température, une augmentation des pulsations cardiaques, des reins chauds - une attitude campée - car très sollicités par le drainage,

D'autres phénomènes inhabituels peuvent également se manifester comme des raideurs, une difficulté ou même le refus de se déplacer, la volonté de rester couché, le refus de nourriture, des suées...alors,
les 'conseilleurs'se déchaineront et parleront de fourbure ; dans cette phase de réappropriation ce n'est que de l'hyperthermie voire un épisode de tendinite qu'ils confondent avec des claquages etc....

Alors après la lecture de ce document vous pouvez encore laisser votre cheval ferré !
C'est votre choix, il est parfaitement respectable.

Mais si vous prenez la décision d'aller dans la démarche ' pieds nus' : soyez constant, sûr de vous et confiant dans la méthode car pratiquement tous vos critères de jugement seront remis en cause.
Une fois déferré et paré, même légèrement, sans même avoir à toucher aux soles, le métabolisme du cheval va répondre aux sollicitations naturelles.

Dans les situations saines, la transition s'effectue sans souci,

pour une infime minorité ce sera impressionnant pour vous, réparateur pour lui !

Bob HERMANN
le Break & Sabots Nus
pédicurie équine
mob 06 07 34 18 28
RCS de Versailles
www.sabotsnus.fr


Dernière édition par Pia MUNCK le Sam 12 Avr - 6:43, édité 4 fois

_________________
...

Vente de chevaux de dressage danois aux meilleures origines allemandes et hollandaises :

http://www.scandinavian-dressage.com

Pia MUNCK

Messages : 10102
Date d'inscription : 03/10/2007
Age : 60
Localisation : Danemark

Voir le profil de l'utilisateur http://www.scandinavian-dressage.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  paty le Ven 8 Fév - 22:42

Interessante la lettre du maréchal "pédicure équine" ! Ma juju, c'est aussi ce que je sens = gêne au niveau de l'épaule. Mon marechal attend lui aussi avec imaptience le passsage de l'ostéo. Il lui avait mis pendant 15 jours des fers compensés a l'avant, ce qui l'avait bien soulagé. Quand a la mettre pieds nus... je ne suis pas contre évidemment si ça peut aider mais le sol la où on est, est tres caillouteux !

paty

Messages : 1745
Date d'inscription : 04/01/2008
Age : 46

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Pia MUNCK le Ven 8 Fév - 22:42

Voici, la suite des documents que Tanne m'a fourni... j'espère que celà pourrait aider certains cavaliers à trouver des bonnes solutions pour leurs chevaux :



La vérité au sujet du syndrome naviculaire


lundi 16 juillet 2007 par Weby

Alors, j’ai fini de traduire l’article de Pete Ramey : Digging For The Truth About Navicular Syndrome.

A mon avis tout le monde devrait lire cet artcile. Mais vu qu’il est en anglais avec du vocabulaire technique, il n’est pas accessible à tous.

J’ai quand même fait cette traduction rapidement donc j’espère qu’il n’y a pas d’erreur. Il y a certains mots techniques dont je n’étais pas sûre dela traduction : par exemple, pour ’deep flexor tendon’ j’ai traduit par ’tendon profond fléchisseur’. Et oui, c’est du mot à mot, mais il me semblait avoir déjà entendu cette expression. Sur un de mes livres j’ai trouvé ’tendont perforant’ par contre. Est-ce la même chose ? je l’ai mis entre () après tendon fléchisseur au cas où. Honte à moi pour avoir oublié tout ce que j’avais appris dans ma jeunesse !

Pommekitty
A la recherche de la vérité au sujet du syndrome naviculaire
Par Pete Ramey

L’un des domaines les plus nébuleux de la pathologie du sabot sur lequel un maréchal-ferrant puisse essayer de faire des recherches est le syndrome naviculaire. Tous les textes plus anciens se contredisent et des montagnes de nouvelles recherches sont effectuées chaque jour. La bonne nouvelle c’est que les maréchaux qui étudient les sabots de chevaux sauvages et qui parent les chevaux domestiques de façon à donner au sabot une forme plus proche de ce que la nature avait voulu, guérissent régulièrement des chevaux diagnostiqués comme étant des cas naviculaires sans espoir. Des chercheurs vétérinaires portent leurs regards dans cette nouvelle direction et sont en train de lever le voile sur les vieux mystères concernant les problèmes naviculaires.

Etant un de ces maréchaux qui en est arrivé à considérer restaurer le confort et l’utilisabilité des chevaux naviculaires comme un travail de routine, j’écris cet article dans l’espoir de familiariser d’autres personnes avec les moyens efficaces que nous avons pour traiter ce problème. Comprendre ce que sont exactement les vrais problèmes est 99% de la bataille.

Le Dr. Bowker de l’Université du Michigan se trouve sur le devant de la recherche vétérinaire qui se concentre sur la façon dont les sabots naturellement formés sont supposés fonctionner. Il a identifié le talon se posant sur le sol en premier comme l’élément le plus important du fonctionnement et, plus important encore, du développement du sabot. Il enseigne que, quand le sabot se pose sur le sol avec le talon d’abord, le sabot s’élargit et le ‘solar dome’ descend, augmentant ainsi énormément le volume de la capsule du sabot.

Cette soudaine augmentation de volume crée un vacuum qui aspire le sang dans la capsule. La circulation du sang non seulement nourrit le sabot vivant mais agit également comme un absorbeur de chocs hydraulique très important.[…]

Ceci est exactement le contraire de ce que la plupart d’entre nous avons appris au cours de notre formation. On m’avait enseigné à considérer la fourchette comme une pompe de moteur hors-bord ou de tensiomètre qui propulserait du sang au moment de l’impact.

Nous savons de toute façon depuis des années que les sabots en eux-mêmes aident à la circulation mais il y a une énorme différence entre l’ancienne théorie et la nouvelle : l’expansion et le fonctionnement de la capsule du sabot dans son entier sont beaucoup plus difficiles à obtenir qu’une simple pression de la fourchette et, puisque nous savons aujourd’hui qu’elle grande importance cette expansion a pour l’absorption des chocs et la longévité, beaucoup plus importants.

Entre maintenant en scène le Dr. James Rooney de l’American College of Veterinarian Pathologists. Il est spécialisé dans l’étude post mortem des chevaux. Bien que tous les propriétaires de plus de 10 chevaux que je connaisse possèdent son livre Le Cheval Boiteux, ses découvertes étonnantes sur les changements de l’os naviculaire sont pour la plupart ignorées des communautés vétérinaires et de maréchaux. J’espère changer cela.

Nous savons depuis de nombreuses années que certains chevaux qui présentent des modifications de l’os naviculaire n’ont aucun problème alors que beaucoup de chevaux qui ne sont pas affectés par ces modifications sont sévèrement boiteux sur l’arrière du pied. On a assumé pendant longtemps que les dommages sur l’os naviculaire se produisent en premier, soit à cause d’une mystérieuse maladie génétique dégénérative, soit à cause d’un manque de circulation, soit encore, comme je le dis dans mon livre Making Natural Hoof Care Work For You, le résultat d’une pression contre-nature dans cette région du pied. Je peux encore en accepter 2 sur 3 comme étant une partie de ce qui se passe (il est certain que la théorie de la maladie dégénérative est complètement fausse).

On a longtemps assumé que la douleur du syndrome naviculaire était causée par la friction sur l’os naviculaire déjà endommagé du tendon profond fléchisseur (/tendon perforant ?). Il a aussi été assumé que cette friction sur une surface rugueuse (de l’os du naviculaire en mauvais état donc) endommageait ensuite le tendon profond fléchisseur. Il y plusieurs années je me suis demandé comment cela pouvait être possible.

Si c’était le cas, poser volontairement le pied sur le sol la pince la première augmenterait considérablement la douleur pour un cheval. Le seul moyen qu’il aurait de se déplacer de cette façon serait de faire supporter tout son poids par le tendon fléchisseur sur le système de poulie qui est supposé lui faire mal !

Sur les milliers de chevaux morts qu’il a examinés, le Dr Rooney a constaté que les cartilages fibreux qui entourent le tendon fléchisseur et l’os naviculaire étaient TOUJOURS endommagés si l’on était en présence de modification de l’os. Il n’a constaté absolument aucun cas où l’os commençait à être endommagé sans que les cartilages situés entre l’os naviculaire et le tendon fléchisseur ne soient eux aussi endommagés. Pas un seul cas sur plusieurs milliers. Relisez ceci si vous n’avez pas levé les sourcils à la lecture de ce paragraphe.

Plus spécifiquement, voici l’ordre dans lequel les dommages se produisent : d’abord le fibrocartilage autour de l’os naviculaire (il en va de même pour l’arthrose qui commence à apparaître sur la surface la plus convexe), puis les fibrocartilages qui entourent le tendon profond fléchisseur, ensuite le tendon fléchisseur lui-même, et, finalement, l’os naviculaire est endommagé par la surface rugueuse du tendon fléchisseur.

Comment ? Pourquoi ? Dr Rooney se l’est également demandé. En simulant une pose au sol pince la première avec des jambes de chevaux morts et à l’aide de machines il a été capable de reproduire le processus exact qui est le commencement des modifications de l’os naviculaire.

Avec une locomotion normale, talon d’abord, le tendon profond fléchisseur est rapidement tendu par le joint de la première phalange qui descend. Au même moment la troisième phalange pivote vers l’avant et relâche le tendon fléchisseur. En revanche, dans le cas d’une pose au sol pince la première, le joint qui descend est encore en train de tirer sur le tendon après l’impact mais, une fois que la pince touche le sol, le talon bascule à son tour vers le sol et tire lui aussi sur le tendon au même instant.

Il faut comprendre que, dans le cas d’impact par talon le premier, nous avons une poulie qui tire alors que l’autre relâche le tendon. Dans le cas d’un impact pince la première, les deux poulies tirent en même temps. Une force bien plus grande que ne l’avait prévue la nature est appliquée à la poulie du naviculaire.

Cela fait une grande différence et cela ajoute énormément à la force appliquée au tendon et à l’os naviculaire. Cette force est bien sûr largement augmentée si ce mouvement contre nature se produit sur une surface dure. Une plus grande force signifie une plus grande friction et la répétition continuelle de ceci cause des dommages dans cette région du pied. Le Dr Rooney a découvert et documenté ces importantes informations depuis de nombreuses années (la publication la plus ancienne que j’ai pu trouver date de 1974 !).

Nous savons depuis des années que les chevaux peuvent souffrir de sérieuses douleurs caudales sans que l’os naviculaire soit endommagé. Nous savons aussi depuis des années que les chevaux peuvent avoir subits des modifications spectaculaires de l’os naviculaire mais sans jamais souffrir de boiterie.

Dr Rooney a prouvé et publié que c’était en fait le mouvement non-naturel de la ‘pince la première’ (généralement effectué pour éviter les douleurs de talons) qui cause la modification de l’os naviculaire, et non l’inverse comme la plupart des professionnels le pensait. Il est compréhensible que le Dr Rooney soit l’une des personnes les plus frustrées que je connaisse. Des milliers de chevaux naviculaires ont été inutilement détruis depuis qu’il a fait ces découvertes. Il était en avance sur son temps de 40 ans.

Cette ‘information perdue’ s’accorde parfaitement avec les recherches plus récentes du Dr Bowker. Il a longuement étudié l’arrière du sabot équin sous toutes les coutures. Quand un cheval naît, ses quatre pieds sont identiques, même sous un microscope. Leur développement est incomplet ; la stimulation physique est censée finir le travail.

La base de la partie avant du sabot est la troisième phalange (P3). La sole et les parois y sont attachées de façon rigide, ce qui donne une structure ferme depuis laquelle pousser pendant la locomotion. Les cartilages latéraux sont la base de la partie arrière du sabot. Ils procurent une partie plus souple pour dissiper une grande partie de l’énergie initiale de l’impact, comme les pneus sur votre voiture.



La suite en sous...


Dernière édition par le Ven 8 Fév - 22:48, édité 1 fois

_________________
...

Vente de chevaux de dressage danois aux meilleures origines allemandes et hollandaises :

http://www.scandinavian-dressage.com

Pia MUNCK

Messages : 10102
Date d'inscription : 03/10/2007
Age : 60
Localisation : Danemark

Voir le profil de l'utilisateur http://www.scandinavian-dressage.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Pia MUNCK le Ven 8 Fév - 22:43

... la suite :

Quand un poulain naît, les cartilages latéraux sont minuscules, comme le reste du sabot. Ils font moins de 2 millimètres d’épaisseur et ne s’étendent même pas encore d’un bout à l’autre du sabot en passant sous la fourchette.

Quand le pied grandit, l’évasement, la flexion et la distorsion de la capsule du sabot permettent le développement des cartilages latéraux. Quand ils atteignent l’âge adulte, les chevaux sauvages ont développé des cartilages de presque 2,5 cms d’épaisseur et une solide base de cartilage s’est formée entre la fourchette et le coussinet plantaire.

Pendant ce temps le coussinet plantaire continue à se développer lui aussi. Le coussinet plantaire est un important centre nerveux du pied. En fait, la plupart des propriocepteurs du pied se trouvent dans le coussinet plantaire. Quand le poulain naît, le coussinet plantaire est composé de graisse. Il offre la quantité d’exposition correcte pour que les nerfs puissent ‘ressentir’, mais offre aussi la protection nécessaire pour que le léger poulain ne ressente pas de douleur quand il pose le pied sur le sol.

Chaque fois que le pied frappe le sol, la pression et le relâchement de la fourchette amènent un peu de fibrocartilage à se former depuis l’avant du coussinet plantaire pour s’étendre ensuite vers l’arrière. Quand le cheval sauvage atteint son poids d’adulte, le coussinet plantaire doit s’être transformé en une masse solide de fibrocartilages qui offrira ainsi la protection nécessaire aux nerfs contre la force d’un impact d’un cheval adulte.

Cependant nous élevons en général nos poulains domestiques sur des sols souples. La capsule du sabot ne peut pas se tordre et le développement du coussinet plantaire prend du retard. Ensuite nous avons tendance à ferrer les chevaux à l’âge de 2 ans et cela empêche aussi le sabot de se twister et de se fléchir, mettant ainsi un frein total au développement. Nous obtenons donc ce résultat très commun : des sabots de taille adulte qui ont encore des cartilages latéraux parfois aussi fin que 3 millimètres au lieu des 2,5 cms naturels qu’ils devraient avoir.

Dans le même temps, le terrain souple sur lequel nous élevons traditionnellement nos poulains limite les pressions sur la fourchette. Nous offrons également à nos poulains tout ce dont ils ont besoin et ils aucune raison d’effectuer les 30 kms par jours qu’ils feraient dans la nature. Nous avons tendance à négliger les sabots des poulains, permettant ainsi aux talons de trop pousser et de sur-protéger la fourchette, ce qui réduit encore la pression sur cette dernière tout le long de la croissance du poulain.

Le résultat de tout cela est que, de façon très consistante, le développement du coussinet plantaire prend du retard chez les chevaux domestiques. L’arrière du pied est trop sensible pour être ‘le point d’impact’ qu’il est supposé être et nos chevaux prennent donc l’habitude de commencer à poser la pince en premier pour éviter la douleur. Ce mouvement interrompt le développement de l’arrière du pied.

[Vous pouvez facilement apprendre à sentir le développement complet du coussinet plantaire avec le bout de vos doigts. Prenez un pied et pressez la région au dessus des bulbes (/glomes ?) ; entre les cartilages latéraux vous trouverez un endroit beaucoup plus ferme et dense si le coussinet plantaire et bien développé. Le moyen le plus facile pour apprendre à repérer cet endroit est de comparer les antérieurs et les postérieurs, surtout quand le cheval à de beaux et sains sabots postérieurs et des sabots antérieurs en mauvais états.]

Quand les chevaux domestiques sont montés pour la première fois, l’arrière de leur pied est pratiquement inutile et peut causer des douleurs sur des terrains caillouteux. Ce problème apparaît plus sur les sabots antérieurs que les postérieurs. Beaucoup d’entre nous ont appris que le cheval a plus de problèmes sur les pieds avant que sur les pieds arrières parce que 60% de son poids, et presque la totalité de celui du cavalier, porte sur eux. Cela est vrai pour un cheval à l’arrêt mais, une fois que le cheval se met en marche, l’arrière main fournit beaucoup plus d’effort.

Dès le moment où les poulains savent marcher, ils se servent glorieusement de leur arrière-main pour bouger pendant leur période d’exubérance. Le cheval domestique développe ainsi de façon très consistante leurs pieds arrière plus complètement. C’est une chose importante à savoir. C’est la seule raison pour laquelle les pieds qui travaillent le plus chez le cheval (les pieds arrière) ont une plus grande résistance à la fourbure et à la maladie naviculaire et tendent à être en général plus résistants et plus sains. Ce n’est donc pas en dépit du fait qu’ils travaillent plus que les pieds avant mais justement grâce à cela.

Donc quand nous discutons de la pathologie derrière la maladie naviculaire, nous devons comprendre que le vrai problème réside dans le fait que la plupart des chevaux domestiques sont incapables d’atterrir sur leurs talons sur un sol mou et encore moins sur le terrain rocailleux qu’ils étaient destinés à parcourir. Quand un cheval est sensible sur un terrain caillouteux beaucoup de gens blâment la sole, mais regardez bien leur façon de marcher. Dans la quasi-totalité des cas ils vont raccourcir leurs foulées, atterrir sur la pince et se pencher en avant. Ils protègent leur fourchette et coussinet plantaire sensibles. Dr Bowker a prouvé que plus ils essaient de se déplacer de cette façon plus les structures du pieds s’affaiblissent.

Les impacts pince la première répétés accentuent la tension et déchirent l’attachement du ligament impair (l’attachement de P3 et de l’os naviculaire). L’os naviculaire fait partie d’un système articulé entre P2 (l’os de la couronne) et P3. Lorsque le cheval atterrit sur la pince, le poids du cheval se répercute violemment sur l’os naviculaire quand le talon bascule vers le bas.

Cela torture constamment le ligament impair. 80% de l’approvisionnement en sang de l’os naviculaire passe par ce ligament. Bowker blâme une perte de la circulation à travers le ligament pour beaucoup des modifications de l’os naviculaire, ainsi que pour le fait que les tentatives pour réparer cet attachement laissent des ossifications sur P3 et l’os naviculaire.

L’Université du Michigan a aussi découvert que la perte d’os souvent diagnostiquée comme maladie naviculaire est le résultat d’une absence de pression naturelle (pensez à la perte osseuse subite par les astronautes durant de longs séjours dans l’espace) sur la région du pied due à des atterrissages sur la pince répétés ; le Dr Bowker trouve constamment beaucoup plus de dégâts sur P3 chez les chevaux naviculaires, avec une perte de 40-60% de la masse osseuse très commune sur P3. Plus spécifiquement, il met en cause la charge périphérique, ou la charge sur les seules parois sans l’aide de support naturel de la sole et les atterrissages sur la pince. Chaque cas de figure prive P3 de la pression naturelle dont il a besoin pour rester en bonne santé et fonctionner correctement.

Bien que les Dr Rooney et Bowker aient trouvés des causes différentes pour les modifications de l’os naviculaire, tous deux sont formels sur le fait que c’est le résultat d’atterrissages sur la pince répétés sur le long terme ou l’absence d’utilisation de l’arrière du pied. Les chevaux sauvages du désert frappent l’arrière de leurs pieds en premier sur tout type de terrains. [The Natural Horse ; Jackson] La plupart de leurs frères domestiques sursautent avec douleur quand on racle un cure-pieds le long de leur fourchette ou de la fente centrale et cela devrait inquiéter les propriétaires de tels chevaux.

Par le passé (et, malheureusement, on le voit encore aujourd’hui), quand un cheval avait des allure pointées ou bien posait le pied sur le sol la pince la première en raccourcissant ses foulées, on suspectait le syndrome naviculaire. Les nerfs à l’arrière du pied étaient endormis pour voir si cela rendait le cheval temporairement non boiteux, ou bien peut être que des testeurs étaient utilisés sur le sabot pour rechercher des douleurs éventuelles le long de la fourchette et des talons. S’il était confirmé que le cheval avait mal sur l’arrière du pied, des radios étaient prises pour vérifier si l’os naviculaire avait subi des modifications.

Si ces radios étaient positives, on donnait le choix au propriétaire : soit on euthanasiait le cheval, soit on proposait d’utiliser des ferrures orthopédiques pour tirer quelques années de plus d’utilisation du cheval condamné.

Je vois tous les jours qu’un coussinet plantaire fragile ou une fourchette malsaine sont assez pour amener le cheval à atterrir pince la première. Les Dr Rooney et Bowker ont prouvés que favoriser une telle façon de marche causait des dégâts sur le fibrocartilage de l’os naviculaire et du tendon fléchisseur et que les modifications de l’os de la vraie maladie naviculaire se produisent plus tard.

En d’autres mots, c’est la douleur ressentie dans les talons qui cause la maladie naviculaire. J’ai vu de mes yeux que, quand les vrais problèmes qui causent de la douleur au cheval sont écartés/résolus, la présence d’un os naviculaire modifié ne cause pas de douleur au cheval (autant que nous pouvons en juger). Il est triste de penser à tous les chevaux qui ont pu être euthanasiés pour cause de dégénérescence chronique.

Quand nous faisons face à une telle situation, nous avons deux options. La première est de masquer le problème avec des eggbars, pads, fers à l’envers…en faisant en sorte que la fourchette ne touche jamais le sol. Cette solution serait adaptée si elle ne causait pas ces forces destructrices qui travaillent ‘en cachette’, sans que l’on s’en aperçoive.

D’une part, plus nous protégeons la fourchette et le coussinet plantaire, plus ils vont perdre leurs facultés à fonctionner correctement.

Masquer les vrais problèmes en s’attaquant à des symptômes va automatiquement nous retomber sur le dos un de ces jours.

Pire encore, en faisant ceci nous supprimons l’expansion naturelle et l’absorption hydraulique des chocs.

Quand nous relevons les talons pour protéger la fourchette douloureuse, les chocs ne peuvent pas être correctement absorbés par l’apparatus suspenseur non plus et, si l’on regarde la chose en prenant en compte le squelette (ce qui est pertinent pour le cheval), une pose du pied pince la première est quelque chose de forcé de toute façon (essayez un peu de courir avec des chaussure à talons hauts ou des bottes de cowboy à talons et vous verrez exactement ce que je veux dire).



La suite en sous...


Dernière édition par le Ven 8 Fév - 22:47, édité 1 fois

_________________
...

Vente de chevaux de dressage danois aux meilleures origines allemandes et hollandaises :

http://www.scandinavian-dressage.com

Pia MUNCK

Messages : 10102
Date d'inscription : 03/10/2007
Age : 60
Localisation : Danemark

Voir le profil de l'utilisateur http://www.scandinavian-dressage.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Pia MUNCK le Ven 8 Fév - 22:44

... la suite :

Il faut comprendre que toute cette discussion à propos du talon frappant le sol en premier relève de l’alignement naturel des os durant la locomotion et PAS du talon extérieur que nous voyons. Si les talons d’un cheval sont relevés artificiellement et qu’il se trouve qu’ils frappent le sol en premier, P3 (à l’intérieur donc !) pourra QUAND MEME atterrir pointe la première au moment de l’impact et causera ainsi les mêmes forces contre nature.

Toutes ces recherches peuvent être résumées à ceci : La notion traditionnelle selon laquelle élever les talons procure un relâchement du tendon fléchisseur qui diminue la pression sur l’os naviculaire est fausse.

Cela peut être vrai pour un cheval immobile mais c’est tout le contraire pour un cheval en mouvement. Un talon bas, un fonctionnement sain du sabot et un talon qui se pose sur le sol en premier minimisent la tension sur le tendon fléchisseur et donc sur la région naviculaire.

La conséquence de ce mouvement non naturel et de la dissipation de l’énergie naturelle est que la plupart des gens pensent qu’il est normal pour les chevaux d’avoir des problèmes d’articulations et de dos, et d’être simplement ‘vieux’ dès qu’ils atteignent l’âge de dix ans. La vérité est que les chevaux vivant dans la nature sont en bonne santé et pleins de vie en moyenne 3 fois plus longtemps que les chevaux domestiques. [cf Jackson] Une des grandes raisons de cette extraordinaire différence est l’usure et la dégradation que nous infligeons à leurs corps avec ce même mouvement contre nature dont nous parlons ici.

Cela ne me dérange pas de me lancer dans des débats Fers vs. Pieds Nus avec les gens. Un maréchal ferrant bien éduqué peut trouver des arguments convaincants en faveur du ferrage et un débat animé me garde motivé. Cependant, au vue de la recherche moderne sur le développement du sabot, je pense humblement que les vétérinaires devraient intervenir et se mettre en rage si quelqu’un ferre un cheval avant que le développement du sabot soit achevé !

Quelle est donc l’autre option quand on a un cheval naviculaire ? Fixer les vrais problèmes. Cela se fait en remettant la fourchette et le coussinet plantaire au travail. (J’espère que personne ne va essayer d’apprendre à parer avec cet article. J’ai écrit un livre entier, d’innombrables articles et je fais partie d’un grand programme d’apprentissage, l’AANHCP, pour cela)

La sole du cheval doit être laissée tranquille pendant que les talons sont graduellement rabaissés pour augmenter la pression sur la fourchette—à discrétion, autant que le cheval peut le supporter. C’est comme marcher sur un fil tel un équilibriste. Si vous y allez trop lentement vous ne ferez pas de progrès. Si vous y allez trop vite le cheval sera trop sensible à l’arrière du pied et marchera sur la pince de toute façon ; pas de progrès non plus (lire ‘Heel Height : The Deciding Factor’ sur www.hoofrehab.com).

Cette capacité à marcher sur ce fil sépare les maîtres des incompétents quand on parle de parage de sabots. Evitez de toucher à la fourchette sauf pour enlever des tissus déjà détruits par la maladie. On doit lui permettre de se durcir comme la sole. Laisser le ‘Breakover’ à sa place, en relation avec P3.

[Définition : Breakover= Le point sur le dessous du pied qui est encore au contact du sol au moment où le talon le quitte. Il n’est pas juste au centre du la pince, mais tout autour du sabot car les chevaux ne se déplacent pas toujours en ligne droite sur des sols parfaitement plats. En effet, ils tournent, donc le breakover peut arriver n’importe où autour du périmètre du pied.]

(Lire ‘Breakover’ sure www.hoofrehab.com)

Faites tout ce que vous pouvez pour que les chevaux gardent les pieds au sec. Des paddocks
et boxes bien nettoyés ou des paddock avec des gravillons doivent être mis à disposition des chevaux quotidiennement si vous vivez dans une région très humide. C’est étonnamment facile et peu onéreux à entretenir (Dr Bowker va plus loin et dit : « Votre cheval doit dormir sur le terrain sur lequel vous comptez monter », mais sa position lui permet d’être plus audacieux que moi n’est-ce pas ?).

Essayer de procurer au cheval beaucoup d’occasions de se défouler avec d’autres chevaux et montez souvent sur des terrains qui permettent au cheval de poser le talon au sol d’abord. Utilisez des hipposandales (je préfère les Easyboot Epics dans la plupart des cas) quand vous montez sur des terrains qui forcent un atterrissage pince en premier ou qui sont un peu douloureux sur les fourchettes et talons encore sensibles.

Laissez le cheval pieds nus le reste du temps. Le sol va renforcer l’arrière du pied et, élever la fourchette plus au-dessus du sol, gênant la stimulation et la circulation avec un fer permanent, ne peut que travailler contre nous.

Souvent, les chevaux avec une fourchette et un coussinet plantaire un peu malsains se déplaceront pince la première sur tous les terrains, même en fers ou hipposandales.

J’ai découvert qu’en rajoutant un pad en mousse, sous la fourchette, dans la sandale les chevaux se déplacent de suite confortablement et correctement. Puisque la sandale à elle seule enlève effectivement la pression sur la fourchette et que l’ajout d’un pad augmente de beaucoup cette même pression sur la région du pied, je ne peux qu’assumer que la douleur d’origine est causée par des vibrations plutôt que par la pression.

Peut-être que la diminution des vibrations est un but important de la fourchette et du coussinet plantaire et que le pad les imitent artificiellement. Les chevaux décrits ici font des progrès phénoménaux quand montés souvent avec ce type de sandales.

J’utilise des sandales Epic pour cela et découpe des tapis de selle en néoprène pour faire mes pads. (Un nouveau tapis de chez EasyCare sera dispo à partir de janvier 2006, il dure plus longtemps que les tapis de selle).

Si la sandale va parfaitement au cheval je coupe un morceau de tapis de la forme d’une fourchette, le fixe sous le sabot avec du ruban adhésif et puis je mets la sandale. Si la sandale est un peu trop grande, je coupe le pad de façon à remplir le fond entier de la sandale et l’utilise donc comme ‘semelle’. Il faudra cependant marquer quelle sandale va sur quel pied car chaque sabot va mettre sa marque distincte sur le pad-semelle.

Vous pouvez vous amusez à créer différentes combinaisons de pads et toujours trouver une combinaison qui va mettre votre cheval à l’aise comme rien d’autre au monde. Des kilomètres de monte avec ces sandales va développer les structures internes plus rapidement qu’aucune autre méthode que je connaisse et va vous permettre de monter sur votre cheval alors que cela ne serait pas possible avec d’autres méthodes. C’est vraiment comme un coup de baguette magique pour un cheval naviculaire !

(Lire l’article Boots and Pads sur www.hoofrehab.com pour des descriptions plus détaillées ainsi que des photos).

Très rapidement la fourchette et le coussinet plantaire vont se renforcer et le cheval va trouver son confort. S’il y a eu des dommages sur l’os naviculaire, ils seront toujours là longtemps après que le cheval soit bien dans ses sabots, mais le cheval ne s’en rendra probablement pas compte.

Certains disent que les dégâts peuvent être réparés naturellement sur le long terme mais peu de gens semblent s’en soucier quand le cheval se sent bien donc je n’ai jamais vu personne prouver ou documenter cette théorie. J’ai été très excité de découvrir que le Dr Bowker est en train de méthodiquement documenter l’amélioration de la santé du sabot du cheval naviculaire sur le long terme. Il me tarde qu’il publie ses résultats.

Le Dr Rooney maintient toujours qu’une fois que les modifications osseuses de la vraie maladie naviculaire commencent, elles sont irréversibles. De mon côté par contre j’ai vu de mes propres yeux ces chevaux revenir à une utilisation montée et un bonheur apparent avec une régularité étonnante. Alors que nous argumentions sans relâche, je commençai à penser que nous allions devoir nous ‘mettre d’accord pour ne pas être d’accord’.

Et puis je me suis rendu compte que nous parlions de deux choses différentes. Je vais me prendre comme exemple.

Etant adolescent, un soir je suis monté dans la mauvaise voiture et je me suis gagné 4 vertèbres au bas du dos complètement figées ensembles par des chirurgiens. Mes poignets sont endommagés de façon permanente à force de me soutenir par le bout de mes doigts durant ma période ‘escalade’.

Les motos cross se sont chargées de mes épaules. Courir dans des lits de rivières asséchées a liquidé mes genoux. Serait-il possible de me déclarer cliniquement sain ? Non. Mes radios révèleront toujours les erreurs de mon passé et un bon test de flexion me paralyserait probablement pendant 3 jours.

Je suis très heureux cependant, et je fais un des métiers les plus difficiles au monde physiquement avec un grand sourire tous les jours. Cela me suffit et cela suffit probablement à la plupart des chevaux naviculaires également.

Quand les modifications de l’os naviculaire sont traitées comme un symptôme d’une simple perte du fonctionnement et de sensitivité de l’arrière du pied, guérir un cheval boiteux est en général une tâche facile. J’ai personnellement vu de nombreux chevaux avec des changements naviculaires confirmés, qui ont endurés des années de souffrance pendant que les propriétaires payaient les factures pour des ferrures orthopédiques, arrêter de boiter seulement quelques jours après le premier parage correct et une occasion de passer pieds nus.

Parfois cela prend plus de temps bien sûr, mais il ne m’est encore jamais arrivé d’échouer sur un seul cas de cheval naviculaire. (Oui, je sais que cela arrivera un jour, mais j’ai écris la même chose dans mon livre il y a 5 ans. J’attends toujours).

La meilleure chose qu’un lecteur puisse retirer de cet article est que tout ce dont nous avons discuté peut être évité. Nous ramenons l’espérance de vie et le potentiel athlétique de nos poulains à un très jeune âge. Prenez soin des sabots de vos bébés, assurez-vous qu’ils aient assez d’exercice et faites en sorte qu’ils passent quelques temps sur des sols secs et durs.

Soyez certains que la fourchette et le coussinet plantaire de votre cheval sont assez résistants pour permettre l’expansion du sabot et un talon qui touche le sol en premier en toutes situations. Vous avez tout à y gagner.

_________________
...

Vente de chevaux de dressage danois aux meilleures origines allemandes et hollandaises :

http://www.scandinavian-dressage.com

Pia MUNCK

Messages : 10102
Date d'inscription : 03/10/2007
Age : 60
Localisation : Danemark

Voir le profil de l'utilisateur http://www.scandinavian-dressage.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Tanne le Ven 8 Fév - 23:04

Très bonne idée Pia d'avoir publié cette lettre et cet article. Je pense que cela peut encourager certains qui hésitent encore à passer le cap vers les pieds nus et rendre encore d'avantages de chevaux heureux (c'est le but !!) I love you . J'encourage également ceux qui hésitent encore, à lire le livre du docteur Hiltrud Strasser "Un sabot sain pour une vie saine" qui est vraiment à la portée de tout le monde de part sa clareté.

Tanne

Messages : 123
Date d'inscription : 13/11/2007
Localisation : 91

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  paty le Ven 8 Fév - 23:32

C'est carrément fabuleux ! Merci de partager avec nous cette traduction ! Je vais faire attention dorenavant a comment ma juju pose ses pieds et parlerai de cet article a mon marechal !

paty

Messages : 1745
Date d'inscription : 04/01/2008
Age : 46

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Myriam le Ven 8 Fév - 23:34

Merci pour le partage, c'est fichtrement intéressant Very Happy

Myriam

Messages : 205
Date d'inscription : 28/11/2007
Age : 48
Localisation : Somme

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Pia MUNCK le Sam 9 Fév - 3:37

Tanne a écrit:Très bonne idée Pia d'avoir publié cette lettre et cet article. Je pense que cela peut encourager certains qui hésitent encore à passer le cap vers les pieds nus et rendre encore d'avantages de chevaux heureux (c'est le but !!) I love you . J'encourage également ceux qui hésitent encore, à lire le livre du docteur Hiltrud Strasser "Un sabot sain pour une vie saine" qui est vraiment à la portée de tout le monde de part sa clareté.
Oui, Tanne, tu sais que je partage cette opinion avec toi pour les pieds nus pour les chevaux, et je trouve ces lectures en français, que tu m'as apporté, EXTRAS !!!

Merci à toi d'avoir voulu partager ça avec nous ici, et j'espère comme toi que PLEIN DE CAVALIERS commencent au moins à RÉFLÉCHIR sur ce sujet au lieu de "bêtement" faire comme d'habitude, ou comme tout le monde (en tout cas en France, car au Danemark PLEIN de chevaux sont pieds nus !)... c'est à dire, FERRER leurs chevaux même s'ils n'ont pas besoin, sans se poser AUCUNE question de ce qu'ils sont peut-être en train d'infliger à leur cheval !


Merci de nous apporter vos témoignages, bonnes ou mauvaises, concernant les pieds nus, les ferrures qui ont aidé vos chevaux, les erreurs de marechalerie qui ont rendu vos chevaux boîteux etc...

Celà, nous intéresse beaucoup !
Wink

_________________
...

Vente de chevaux de dressage danois aux meilleures origines allemandes et hollandaises :

http://www.scandinavian-dressage.com

Pia MUNCK

Messages : 10102
Date d'inscription : 03/10/2007
Age : 60
Localisation : Danemark

Voir le profil de l'utilisateur http://www.scandinavian-dressage.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  natg le Sam 9 Fév - 10:46

c'est vrai que ce témpignage et notamment celui sur la maladie naviculaire est vraiment trés interessant!!!

en ce qui me concerne et après avoir demandé quelque avis d'experts, à savoir une amie coach professionnelle ( qui entraine les poney et qui a plusieurs championnats d'europe à l'actif de ses élèves, et qui me voit régulièrement travailler, notamment en dressage puisque au mon entraineur travaille en collaboration avec elle afin de donner les bases et de renforcer le dressage de ses poneys de grands prix ) , puis mon amie ostéophate équine. toutes le deux m'ont conseillé de faiure referré ma jument à l'arrière, la première m'ayant même avoué que cela faisait longtemps qu'elle voulait m'en parler.

mon amie ostéo (qui a fait son mémoire de recherche sur les pathologie liées aux ferrures et leur amélioration grace à l'utilisation du rolling) m'a conseillé de mettre une ferrure standard derrière afin que ma jument s'habitue puis petit à petit et ensuite de travailler la ferrure pour qu'elle soit optimum pour faciliter le déploiement des allures de ma jument.
elle me conseille par contre de ne pas tenter de referrer avant mon concours car la jument aura besoin d'un temps d'adaptation dans sa musculature ensuite.

voilà je vous tiendrais au courant de ce qu'en pense mon maréchal que je vois mardi! Smile

natg

Messages : 1665
Date d'inscription : 18/10/2007
Age : 34
Localisation : ile de france

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Grace le Dim 9 Mar - 1:03

Ben surement que la fourchette n'était plus à l'appui sur le sol, d'où le sang qui ne s'écoule plus bien dans les membres...

Donc j'dirais peut être, que vous avez désépaissi le fer ? Embarassed

En tout cas c vachement bien comme idée, ce p'tit jeu !!! Very Happy

Grace

Messages : 3780
Date d'inscription : 03/10/2007
Age : 33
Localisation : Marlenheim, 67

Voir le profil de l'utilisateur http://grace.of.fascination.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Idanum le Dim 9 Mar - 1:25

Je veux bien Grace, mais comment dépaissir un fer ? Sans toucher à la tournure... Amincir un fer... Oui d'accord, mais sans forge, sans toucher à rien d'autre, ni même au pied ? affraid Je donne ma langue à mon cat hat.

Idanum

Messages : 1677
Date d'inscription : 03/10/2007
Age : 43
Localisation : Orléans nord

Voir le profil de l'utilisateur http://manueisflying.spaces.live.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  paty le Dim 9 Mar - 1:30

Moi, jdirai... remis les fers dans le bon sens ? La face devant etre en contact avec le sabot, effectivement contre le sabot et non plus contre le sol ??

paty

Messages : 1745
Date d'inscription : 04/01/2008
Age : 46

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SABOTS, applombs, ferrures, parages, pieds nus...

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:18


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 16 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum